LE SITE

Toujours occupé par la Marine Nationale, le fort du Grand St Antoine ne sert plus qu'à stocker des archives historiques qui souffrent de plus en plus dans ce lieu inadapté. Pour leur sauvegarde, elle doit donc les déménager prochainement en un lieu approprié. Il serait donc souhaitable qu'elle le libère au profit de l'agglomération Toulon Provence Méditerrannée.


Vue aérienne du fort. L’entrée et la façade sud se trouvent en partie haute de la photo

Il s'agit d'un site militaire grandiose, fortement marqué par les stigmates de la 2ème Guerre mondiale : réaménagements successifs français, italiens puis allemands et surtout nombreux impacts des combats de la Libération sur les murailles. Son approche incite à un premier recueillement respectueux. C’est le seul fort du département et peut-être de France qui a été libéré par la population en arme : les FFI. Sa façade sud est percluse de coups de canons ce qui le rend unique. Vous pouvez lire son histoire atypique dans mon livre «Explosions à Toulon».

La fabuleuse façade sud percluse d’une trentaine coups de canons.

Un des obus de la façade. Tombé de son trou il y a peu, il y sera remis en place lors de la restauration.
Un appareil de la Flak demeuré miraculeusement sur place.

 

L'adéquation du fort au MIC : l'éloignement de l'air marin corrosif, la non pénétration du soleil, le caractère sec des voûtes parfaitement étanches mais ventilées constituent des facteurs parfaits pour accueillir la collection. Le compartimentage en 12 salles reliées entre elles permettra de répartir les différentes branches de la collection : casques militaires, de police, de pompiers, français, étrangers, animations, crypte, etc. Autour de la cour sont réparties de petites pièces. Elles seront destinées aux nécessaires locaux annexes tels que : accueil, boutique, sanitaires, réserves, atelier de restauration, entretien, bureau, documentation, etc.

Une photo des artilleurs anti-aériens de la marine qui occupaient le fort en 1940. Canon AA de 90 mm.

Le parc intérieur constitue un vaste cadre agréable qui sera à visiter lui aussi après remise en place des canons de 1939. Il pourra offrir la possibilité de pique-niquer sur place et de découvrir la ville comme la montagne.

Bastion où fût prise la photo précédente.

Facilement gardiennable par construction, il existe en outre deux logements de fonction à l’intérieur. L'accueil du public dans les soutes voûtées de plain pied est aisé. La robustesse des constructions et le grand nombre de portes de sortie permettent d’accueillir en toute sécurité. L'accessibilité aux handicapés est elle aussi aisée car l'ensemble se situe à simple rez-de-chaussée. Le stationnement aux abords du fort, ou dans la cour intérieure, ne pose aucun problème.

Plan du fort à sa construction.